Le U15 apparaît devant le Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Merci, monsieur le président.

    Je m'appelle Feridun Hamdullahpur. Je vous remercie de l'occasion de comparaître au Comité.

    Je représente, à titre de président de l'U15, un groupe d'universités à fort coefficient de recherche de partout au pays. Je suis également président et vice-chancelier de l’Université de Waterloo.

    Pour vous donner une idée de l’importance d’U15, les 15 universités qui en sont membres forment près de 585 000 étudiants et la valeur de leurs activités de recherche s’élève à 8,5 milliards de dollars par année. Cela représente plus du quart de la recherche — tant universitaire que non universitaire — effectuée au Canada. Cette combinaison d’enseignement et de recherche fait des universités canadiennes à fort coefficient de recherche une plateforme d’où émanent bon nombre des avantages concurrentiels du Canada.

    Les universités de recherche sont à l’origine de nombreuses percées scientifiques et constituent des établissements de formation pour les chefs de file de la recherche et de l’innovation provenant de tous les secteurs de l’économie. Elles aident à attirer et à retenir le meilleur talent mondial, et leur expertise contribue à un large éventail d’entreprises commerciales et sociales.

    Mues par leur excellence dans la recherche axée sur la découverte, les universités U15 produisent une expertise qui sert de moteur aux entreprises canadiennes novatrices, oriente les politiques publiques et contribue à l’élaboration d’approches durables pour nos principaux enjeux, des changements climatiques aux relations avec les Autochtones, à l’exploitation des ressources naturelles et enfin, aux technologies propres.

    Pour maintenir la compétitivité internationale du Canada sur le plan de l’innovation, nous devons miser sur les fondations de l’excellence en recherche. À cette fin, l’U15 propose deux solutions stratégiques et concrètes en matière d’investissement.

    Premièrement, les investissements en recherche des trois conseils subventionnaires du Canada sont essentiels à l’excellence en recherche. Ces investissements servent à appuyer la recherche axée sur la découverte, les partenariats de recherche entre université et industrie, le recrutement et la rétention de chercheurs de calibre mondial et la formation de la prochaine génération de dirigeants du Canada. Depuis 2007, l’inflation a fait fondre le financement des trois conseils de 176 millions de dollars.

    Afin que cette plateforme d’excellence en recherche continue d’appuyer le secteur canadien de l’innovation, nous proposons que le gouvernement s’engage à augmenter le financement des trois conseils et celui du Fonds de soutien à la recherche à leurs niveaux de 2007-2008 ajustés en fonction de l’inflation, pour les quatre prochaines années, avec indexation pour les années subséquentes.

    Une mise à niveau efficiente et efficace des infrastructures du secteur postsecondaire pourrait aider à stimuler l’économie canadienne. Notre deuxième proposition est d’investir dans les infrastructures de recherche du pays par l’intermédiaire du programme des infrastructures des universités novatrices. Les campus des collèges et des universités du pays ont d’importants besoins en matière d’infrastructures et de mises à niveau. La réalisation de projets d’infrastructure pourrait améliorer la santé et la sécurité, l’efficacité énergétique et notre capacité de recherche de pointe.

    Un sondage réalisé auprès de nos 15 universités membres a révélé que la valeur des projets prêts à être mise en oeuvre sur les campus s’élève à près de 3,7 milliards de dollars. Il s’agit notamment de projets de rénovation et d’agrandissement de laboratoires d’enseignement, de centres des arts et de bibliothèques. À cela s’ajoute la mise à niveau des systèmes de chauffage, de traitement des eaux usées et d’éclairage afin d’améliorer l’efficacité énergétique. Ces projets, dont les paramètres sont bien définis, peuvent être lancés rapidement.

    Ces investissements amélioreront les capacités du Canada en matière de recherche de pointe et renforceront notre solide environnement de recherche. Le Canada pourra ainsi attirer des personnes de talent et les maintenir en poste, créer des grappes de recherche dynamiques et favoriser l’esprit d’innovation dont nous avons besoin pour prospérer de manière durable.

    Je vous ai présenté un bref exposé, étant donné le temps dont nous disposons, mais c’est avec plaisir que je répondrai à vos questions plus tard.

    Merci beaucoup. 

 

(Traduction du procès-verbal)

 

 

Fichier: