Des chercheurs de McMaster étudient la possibilité d’utiliser un test asymptomatique de la salive pour limiter la propagation de la COVID-19