Suite à l’étude, on a constaté qu’un confinement peut, par exemple, réduire la pollution atmosphérique provoquée par la circulation automobile et la production industrielle et, en même temps, accroître la pollution de sources résidentielles comme le chauffage.

Les confinements imposés par la COVID-19 ont réduit la pollution atmosphérique dans certaines parties du monde uniquement

Posted on

Read More Impact Stories

Posté le
Ce contenu n’est disponible qu’en anglais. https://reporter.mcgill.ca/covid-and-rsv-testing-without-nasal-swabs-yes-please/
Posté le
Les risques de séquelles psychologiques sont plus élevés dans certains groupes de la population, mais personne n’est tout à fait [...]
Posté le
Ce contenu n’est disponible qu’en anglais.   https://www.utoronto.ca/news/u-t-partners-moderna-advance-research-rna-science-and-technology