Suite à l’étude, on a constaté qu’un confinement peut, par exemple, réduire la pollution atmosphérique provoquée par la circulation automobile et la production industrielle et, en même temps, accroître la pollution de sources résidentielles comme le chauffage.

Les confinements imposés par la COVID-19 ont réduit la pollution atmosphérique dans certaines parties du monde uniquement

Posted on

Read More Impact Stories

Posté le
Une étude menée par des scientifiques de l’UdeM cartographie la dynamique évolutive et les risques d’émergence de maladies virales qui [...]
Posté le
Il n’existe aucun outil fiable pour prédire si les personnes présentant des symptômes d’allure grippale vont développer des complications. Des [...]
Posté le
Cet article n’est disponible qu’en anglais. Could chicken eggs help revolutionize cancer treatment for children? – UBC Faculty of Medicine